Restructuration du G. Scolaire Carnot

Annecy [74] 

© images VPhoton / MTa

Maître d’ouvrage : Ville d'Annecy (74)

Coût : 4 786 000 € HT (estimation concours)

Année : 2018

SdP : 1394 m²

Mission : Lauréat concours maîtrise d’oeuvre + BASE + EXE

Architecte Mandataire : MTa architectes Clermont-Ferrand (63)

Architecte associé : TYPO Architectes

Economiste + BET structure, électricité, fluides SSI, HQE, VRD : BETREC (69)

Ingénierie cuisine : ARTELIA BATIMENT ET INDUSTRIE (69)

Acoustique : ECHOLOGOS (38)

1 >   Intervenir avec justesse pour « une restructuration efficiente »

Le bâtiment qui accueille les élémentaires, est en bon état. Le bâti est sain, avec des qualités de matériaux (parquets massifs dans les salles de classes...) ; le bâtiment des maternelles se trouve quelque peu plus dégradé (couverture complète à remplacer...). Mais l'ensemble immobilier est de très bonne facture, d'un rationalisme classique remarquable. Seule une analyse plus fine permet de comprendre les rajouts, les modifications déjà apportées par les besoins, tout au long de son histoire. Mais cette qualité se heurte aux besoins contemporains d'une frugalité énergétique. Cet ensemble se doit donc d'être thermiquement réhabilité.

Aujourd'hui, les maternelles et les élémentaires sont dans 2 bâtiments distincts, le restaurant scolaire est en sous-sol. Bref, cette organisation se heurte également à des modalités de fonctionnement plus contemporains. Cet ensemble se doit donc d'être réorganisé.

Intervenir avec justesse, de manière efficiente, c’est donc optimiser l'existant, et positionner les usages au plus près de leur réel usage avec efficacité… c’est prendre soin des usages internes de l’équipement ... c'est permettre un épanouissement des équipes pédagogiques et des enfants pour de nouvelles décennies... C'est démontrer qu'on peut réhabiliter un patrimoine bâti avec respect et contemporanéité...

Notre projet est le résultat de choix de positionnement, de matériaux, de finitions qui ne visent que cette efficience.

 

2 >   Respecter, "coller" au programme, révéler un fonctionnement théorique

Notre proposition respecte pleinement le programme, à savoir, la position de la cuisine et des salles de restaurant qui occupent le RDC de l'ancienne maternelle. Les locaux du périscolaire trouvent place à l'étage du restaurant, et deviennent parfaitement accessibles en se raccordant directement à un ascenseur commun au groupe scolaire.

Notre proposition respecte le programme en regroupant la maternelle en rez-de-chaussée du bâtiment principal et les classes élémentaires sont toutes à l'étage. Ainsi chaque tranche d'âge dispose de son étage et sa cour, sans croisement de flux.

En effet, depuis le domaine public, chaque entrée dispose de son accès piéton, chacune se situent déjà de manière protégée par rapport au domaine public. Chaque accès maternelle et élémentaire peut se faire à couvert, grâce à la position des préaux.

Nous avons fait le choix, dans notre offre de privilégier la qualité de fonctionnement et le respect du programme. Pour cela, en analysant les organigrammes figurant aux pages 46 et 50 du programme, nous pouvons constater que la salle d'EPS est dédiée aux élémentaires et doit être à proximité de la cour de récréation (et préau) des élémentaires et desservie depuis cette dernière. Nous sommes sur des schémas théoriques qui idéalisent un mode de fonctionnement.

Conserver la salle d'EPS en lieu et place actuelle, brouille particulièrement ce schéma fonctionnel, obligeant de manière permanente des croisements de flux entre accès à la salle d'EPS et déploiement de la maternelle sur l'aile Est du bâtiment principal.

Nous distinguons l'incidence financière d'un tel choix, afin, le cas échéant, d'en faire l'économie. Nous avons la force de proposition, la force de décision appartient au maître d'ouvrage, dans une recherche d'équilibre entre qualité de fonctionnement et coût financier.

Pour en faire l'économie, il suffit d'inverser la salle d'EPS et les 3 salles de maternelle. Une telle réorganisation étirera la maternelle en Est, de l'autre côté de la cour élémentaire, et obligera à minima l'installation d'un élévateur handicapé pour rendre accessible la salle d'EPS aux associations extérieures, sans traverser l'établissement.

Dans notre proposition, d'une part la salle d'EPS est parfaitement accessible aux PMR, en accès immédiat depuis de la cour de récréation de l'école élémentaire (comme demandé au programme P.49), où le même ascenseur distribue tous les niveaux de l'école, mais également le périscolaire à l'étage au dessus de la cantine. Le parking pourra le cas échéant être mis à disposition des utilisateurs de la salle d'EPS en soirée.

La partie administration positionnée à l'angle nord-est du bâtiment principal se trouve de manière judicieuse, à savoir exactement entre l'école maternelle et l'école élémentaire. Le RASED accompagne cette position centrale.

Ainsi configuré, le bâtiment principal respecte les schémas de fonctionnement attendus dans le programme, mais offre également d'autres avantages, comme de la réserve foncière en sous-sol, en R+1 du périscolaire, une BCD permettant d'accueillir un objectif supérieur au programme, et partitionnable comme demandé au programme.

La façade sud du bâtiment principal est dédoublée afin de libérer les volumes existants de toute circulation. La charpente de cette façade supporte des brise-soleil, dont l'ensemble est entièrement dimensionné afin de permettre des apports gratuits en saison froide et éviter les effets de surchauffe en saison chaude (voir notice QEB sur ce sujet).

Le socle support de ces circulations devient le support des rangements extérieurs. En effet, la hauteur du socle, offre la possibilité de rangements en façade à l'image d'un placard mais à la dimension de l'établissement scolaire.

Depuis l'étage (école élémentaire), un escalier (>3UP) distribue directement la cour des élémentaires. Ainsi tous les escaliers de l'école élémentaire depuis l'étage convergent naturellement vers la cour de l'école élémentaire.

De la même façon, les escaliers de l'école maternelle convergent sur la cour de l'école maternelle. L'escalier intérieur dans l'angle nord-est du bâtiment, servira d'escalier de secours, mais dans son usage quotidien pourra être dédié à l'école maternelle afin de rejoindre la BCD.

 

3 >   Respecter la composition, l'ordonnancement de l'existant

Construire ici, demande aussi à composer avec le bâti existant de l’école. Une très belle architecture, noble, en pierre, aux façades composées.

Construire, étendre, redoubler la façade de ce patrimoine nécessite de respecter la force de la géométrie, le rationalisme de l'écriture de départ et magnifier ce qui peut l'être.Il doit y avoir un savant dosage d'équilibre, de justesse et d'audace dans la fabrication d'extensions, dans le choix de matériaux, dans les implantations. Ces choix doivent tenir également compte des exigences précédemment évoquées dans le respect du programme.

Car si le programme n'est pas le projet, le projet doit être le programme et dans le cas présent, également le patrimoine.

Nous proposons une extension qui reprend l'implantation actuelle des sanitaires extérieurs (de nouveaux sont créés soit dans l'existant pour la maternelle, soit en façade nord du restaurant scolaire pour la cour de l'école élémentaire), mais dans un gabarit équivalent aux ailes Est et Ouest de l'existant. Afin d'obtenir cette "bonne" échelle, l'extension intègre le préau des maternelles. Cette extension contribue également à partitionner les cours d'école et absorbe la rampe d'accès PMR, contribuant à la fonctionnalité PMR des lieux, devenant également le fil directeur de l'accès à l'administration sans ne traverser aucune des cours...

Dans l'hypothèse où la salle d'EPS est maintenue à son emplacement actuelle, la rampe deviendra fonctionnellement intéressante, mais réglementairement inutile. Aussi, nous distinguons également celle-ci dans l'analyse financière.

Nous libérons également les façades les plus nobles des préaux, puisque le préau de la cour élémentaire est ramené en façade nord du restaurant scolaire, où se trouve également les sanitaires de la cour des élémentaires. Ce préau ne vient pas en collision avec les pratiques sportives extérieures.

Ainsi composé, l'extension contribue au respect des rythmes bâtis.

La structure porteuse de toutes les extensions créées (circulations, salle d'évolution, préaux) est en bois massif, privilégiant ainsi des matériaux renouvelables. Les habillages intérieurs et les sous-faces de préaux sont également en bois. Ainsi utilisé, le bois n'est pas exposé aux intempéries, évitant ainsi toute préoccupation de vieillissement et de changement d'aspect.

Les trames porteuses (coursives et préaux) se règlent sur l'existant, afin de respecter les gabarits et les rythmes de percements des façades existantes.

Nous privilégions également une façade vitrée sur les circulations afin de favoriser l'éclairement naturel des salles de classes et tout en garantissant un confort d'été au moyen de brise-soleil fixes.

Les éléments de toitures créés, seront soit en panneaux acier type Mauka line, dont l'aspect est identique au zinc pré-patiné (circulations, périphéries de préaux), soit en étanchéité bitumineuse afin d'avoir une légèreté du volume de toiture et afin que les perspectives visuelles ne soient pas impactées par un volume de toiture (voir perspective principale).

Les lignes horizontales ainsi obtenues marquent parfois des niveaux, des hauteurs d’ouvrants, elles apportent des dynamiques et effets de légèreté dans le site commun alors à l’ancien et au nouveau, au patrimonial et au contemporain...

 

4 >   Des matériaux pérennes et biossourcés

Si l’existant est en maçonnerie, en masse, le nouveau lui est léger, alliant des finitions en verre translucide (allèges, garde-corps) et transparent… au bois de la structure et des sous-faces. Les matériaux ne sont pas multipliés et sont "destinés", c'est à dire que leurs caractéristiques sont utilisées tout autant pour leurs capacités techniques que pour leur finition naturelle.

Une certaine "présence" est exprimée par le bois, matériaux chaleureux, naturellement décoratif, celui-ci ne sera pas traité, les panneaux seront essentiellement constitués de multiplis en mélèze, les lames de brise-soleil seront également en mélèze massif. Le clos s'efface, par l'utilisation de produits verriers isolants, afin de ne pas être un frein à la lumière et de favoriser la lecture du bâtiment historique, comme une trans-apparence. Nous ne cherchons pas une confrontation de matière, encore moins une imitation, nous favorisons une nouvelle histoire, sans heurt ; le prolongement d'un patrimoine avec contemporanéité et respect.

 

Cette nouvelle histoire est fondatrice d'un nouveau groupe scolaire CARNOT. L'importance, l'étendue des modifications ont amené notre équipe à penser la réhabilitation et la restructuration afin d'exploiter au maximum la capacité du lieu, jusqu'à lui permettre de préserver des capacités de croissance. Il nous semble indispensable de proposer d'abord comme une base essentielle le mieux, mais également d'être capable d'ajuster cette ambition fonctionnelle au budget du maître d'ouvrage. C'est pourquoi certains propositions fortes sont évaluées économiquement, vous permettant ainsi des choix en connaissance de tous les possibles.

 

 

Concevoir la restructuration et la rénovation thermique du groupe scolaire Carnot, c’est avant tout prendre en compte les circonstances complexes et délicates de cette opération : intervention en site urbain dense, équipement dédié à l’enfance et à l’apprentissage, ouvert à d’autres activités publiques, sur la base d’un bâtiment historique avec des éléments architecturaux intéressants, sans oublier qu'il convient de penser un outil de travail pour une équipe pédagogique, un lieu d'apprentissage et un témoin emblématique de la capacité à réinvestir durablement un existant…

Ainsi notre proposition cherche à concilier tous ces paramètres, et s’élabore fondamentalement en 4 principes pour l’insertion et les intentions architecturales :

© 2020 by MARCILLON THUILIER architectes