Restructuration et extension du groupe scolaire Jacques-Prevert

Enseignement - Dunières [43] 

© images Asylum / MTa

Maître d’ouvrage : Ville de Dunières (43)

coût : 1 616 000 € HT

année : 2017

SdP : 853 m²

mission : Lauréat concours maîtrise d’oeuvre + mission de BASE + EXE

Economiste : CS2N (63)

BET structure + VRD : ITC (69)

BET Fluides : AES (63)

Acoustique : SALTO INGENIERIE (63)

La 1ère ambition est «politique» avec une volonté de faire référence, de faire école donc par l’exemplarité de la démarche, par l’exigence d’invention architecturale génératrice d’un bien commun et de valeurs à partager entre tous et pour tous... faire école c’est inventer et partager du nouveau...

Le projet veut incarner cette dimension inventive tout d’abord dans sa forme même, en sortant des registres connus et des géométries habituelles. Les lignes sont dynamiques, avec des effets de mouvements dans les toitures qu’elles soient en Zinc pré-patiné ou végétalisées. L’école se déploie dans la parcelle et marque une différence énonçant un caractère d’équipement, une nature publique donnée à tous...d’où que l’on regarde, l’école offre toujours des perceptions soignées, jamais brutales notamment par l’usage du bois, de la pierre, des matériaux locaux et nobles ;à l’aspect et aux teintes naturelles... 

 

La 2ème ambition est « communale » avec la volonté de participer, sinon initier un art de bâtir dans le bourg, autrement dit faire école par la qualité de la relation et de l’animation de l'espace public, avec les équipements (cinéma, future maison des associations...) faire école c’est relier, diffuser et participer...

Le projet construit alors des relations précises avec les différents espaces et équipements publics dans la commune. Les limites sont comme des zones de contact et non des séparations brutales, tout en assurant protection pour les enfants. En alternant le bâti et le non-bâti, nous permettons à la fois de relier cette école au centre de la commune, ainsi que nous favorisons les porosités de circulations douces... Ainsi les escaliers dans les murs en pierre sont ré-utilisés, re-révélés, l'usage reprend ses droits, sa place, redonne un sens... Les usages entrent sous la peau de l’école, se glissent sous une couverture protectrice, accompagnés par une finition de bois chaleureuse...

Les espaces se diffusent toujours en marquant une limite... mais une limite-passage... L’école se développe, se love autour de chacune des cours, tout en offrant une façade structurante sur chaque face, sur chaque parcours, sur chaque situation...Il s’agit d’accompagner, d’accueillir, mais aussi d’inviter à entrer…

Construire une école dans mon village, c’est…instaurer un dialogue avec ce qui constitue son identité :

  • en s’appuyant sur le bâtiment existant pour s’ouvrir vers le cœur du village ;

  • en s’inscrivant dans la dynamique des équipements existants;

  • en renforçant le tissu associatif et culturel déjà présent ;

  • en affirmant un maillage avec les accès piétons et carrossables du lieu ;

  • en révélant la dimension pittoresque des murets en pierre.

La 3ème ambition est « environnementale » avec la volonté de réaliser une opération respectueuse...

Faire « école-ogique », forcément, c’est porter attention aux ressources, à leur préservation et à leur bonne utilisation, c’est construire un environnement sain et protecteur pour les enfants et les habitants...

Le projet met en oeuvre des matériaux renouvelables en très grande partie et écologiques : le bois naturel pin, mélèze et douglas non traité pour les structures bois, des panneaux trois plis mélèze pour les sous-faces et les habillages d’encadrement. En utilisant une part importante du bois dans sa construction et sa finition, le projet fait une place importante aux matériaux issus de filières durables et locales. Nous connaissons la capacité du tissu économique de Dunières, particulièrement orienté sur des filières sylvicoles donc renouvelables.

L'apport de la lumière naturelle et sa capacité d’apport calorique en orientant intelligemment le projet permetde favoriser les apports gratuits tant en termes de calories que de luminosité, tout en gérant grâce aux débords de toitures et aux brise-soleils orientables les risques de surchauffe. L’eau de ruissellement des cours de récréation est dirigée par des sols poreux (pavés drainants).

La cour est réalisée en enrobé issue de la filière agricole, type Vegecol, permettant de substituer les produits pétroliers par des huiles végétales. Une partie des toitures sera végétalisée afin de participer à la rétention des eaux de pluie (coefficient de ruissellement favorable), ainsi que de limiter les chocs thermiques grâce à l'inertie...

Le caractère traversant de la plupart des locaux permet une surventilation de ces locaux, du"free-cooling" naturel. La ventilation est de type double flux avec récupération d’énergie sur l’air extrait. L’éclairage est de type LED, avec gradateurs, détecteurs de présence et sonde de luminosité naturelle. Les revêtements de sols intérieurs sont en Linoléum naturel (classe A+) pour toutes les surfaces courantes autres que les zones humides, sans dégagement de COV. Toutes les peintures utilisées seront de type acrylique « dépolluantes » sans dégagement de COV.

Faire des choix judicieux de matériaux, faire des choix judicieux d’implantation, respecter le site, respecter l’avenir, faire que notre action d'aujourd’hui favorise un devenir harmonieux, telles sont les motivations qui guident notre action.

Derrière ces formules, se construit une véritable pensée de recherche d’équilibre, de pérennité et de bien-être. Un équilibre, car la réussite est à la convergence de ces intentions. Un bien être, parce qu’une école est un équipement porteur de valeurs de notre société, qui passe par le ressenti de ses utilisateurs, souvent traduit par un investissement sans faille des équipes pédagogiques mais aussi des parents.

La 4 ème ambition est « pédagogique »avec la volonté évidente que les espaces soient plus que des outils pédagogiques au service des équipes enseignantes mais aussi de véritables lieux d’apprentissage, ludiques, propices à la vie commune... faire école c’est inviter à apprendre... c’est faire que l’enfant se repère et évolue avec bonheur, avec les autres, dans la diversité...

Le projet s’organise simplement depuis une entrée principale qui organise le projet. De l'entrée, nous offrons un hall distributif et en même temps convergent. Une partie des classes, plutôt les maternelles, utilise l'étage de l'existant et le prolonge. Une distribution généreuse en structure bois est greffée sur la façade et vient en tampon avec la cour de récréation. Le même type d'organisation distribue d'autres salles de classe, plutôt élémentaires, où, de nouveau, une large circulation fait tampon avec la cour de récréation.

 

Notre retour d'expérience sur la réalisation de groupe scolaire, nous permet aujourd'hui de vous proposer un système de circulations généreuses qui s'intercale entre la salle de classe et la cour. La gestion des enfants, la multiplicité de leurs sorties, démontrent aujourd'hui, en particulier dans des territoires en altitude, de la pertinence de cette disposition. D'une part, dans une logique fonctionnelle, la gestion des sorties est améliorée vis à vis des vestiaires, mais également ces circulations permettent une très nette amélioration acoustique entre la salle de classe et la cour, lors de sorties de certaines classes sur des intervalles de temps d'étude.

Aller à l’école, c’est … échanger, construire ensemble des savoirs et savoir-faire, mais aussi s’amuser !

La figure du plan met en exergue l’idée d’une école ouverte sur : l’extérieur, notamment les usages et usagers du village ; et sur elle-même. Cet inversement du plan offre une transversalité entre les salles de classe et les deux cours, qu’elles soient allouées aux maternelles ou aux primaires.

 

 

Faire école...c’est le mot d’ordre affiché de notre proposition pour le groupe scolaire Jacques Prévert de Dunières. Il se décline autour de 4 ambitions fondamentales... 4 ambitions que notre projet veut interpréter et incarner...

© 2015 by MARCILLON THUILIER architectes