Le lycée professionnel de la qualité de vie et du bien-être

Quartier St Jean - Clermont-Ferrand [63] - PROJET ABANDONNE par le maître d'ouvrage

Maître d’ouvrage : Région Auvergne

coût : 46 000 000,00 € HT

année : 2016

SdP : 23 695 m²

mission : Lauréat concours maîtrise d’oeuvre + mission de BASE + EXE + OPC

Mandataire : Cardète Huet Amsycom Architecture (31)

Architecte associé : MTA Marcillon Thuilier (63)

Paysagiste : BIG BANG Lyon (69)

Economiste : CS2N Clermont-Ferrand (63)

BET Structure : SNC LAVALIN Lyon (69)

BET Fluides : SNC LAVALIN Lyon (69)

BET Acoustique : GAMBA Toulouse (31)

BET HQE : Pénicaud Green Building (75)

OPC : TPFI Clermont-Ferrand (63)

 

 

DEMARCHE

Les enjeux et objectifs sont clairement posés : construire un nouveau lycée à la pointe de l’excellence écologique pour des offres de formations très attractives et ouvertes sur notre société, ainsi qu’enclencher une nouvelle « ville-nature », au cœur du quartier St-Jean en pleine mutation stratégique pour Clermont-Fd. Notre proposition donne forme à ces ambitions majeures en répondant aux exigences environnementales : BEPOS, 0%GES, Eco-Cité.

 

Tout d’abord, nous cherchons à tirer positivement parti de ce site complexe, issu d’une série de mauvais traitements. Nous proposons un véritable projet de « résilience urbaine » qui révèle les potentialités cachées des lieux et renverse leur situation actuellement négative en interfaces qualitatives. Ainsi, la topographie accidentée, faite de 3 plateaux et de talus abruptes, constitue l’héritage et la matrice pour la stratégie d’implantation et la création du paysage du lycée. Concrètement, le plateau bas en contact avec le futur boulevard urbain voit s’implanter l’ensemble des ateliers (Economie Bleue, Sécurité, SEN, ateliers communs) dans une situation particulièrement adaptée qui répond et à la fois conforte « la ville active » existantede l’autre côté du boulevard. Les enseignements autour du bien-être (Coiffure-Esthétique et AVP) ont eux aussi « pignon » sur ce boulevard et sur la rue Jules Verne, en formant une « vitrine urbaine »à l’intimité contrôlée.

Puis, pour le plateau médian (à +4m), on est au « cœur du lycée ». Il constitue le niveau principal avec : le parvis d’entrée sur la rue Jules Verne, la salle polyvalente, le secteur ‘coiffure’, la grande cour-parc ; et la galerie qui enlace et connecte toutes les fonctions propres au lycée.

Enfin, le plateau haut (à +7m) de niveau avec la rue du Charolais accueille le gymnase et dans son prolongement les logements. L’internat s’y installe et marque la limite ouest du lycée. Le 3C y a un accès direct. C’est le plateau dit du « parc habité » qui assure une traverse paysagère publique nord-sud (facilement fermable la nuit).

Le lycée offre donc une nouvelle topographie du lien, avec 3 grandes vocations et situations majeures : « le lycée et la ville active » à l’Est, « le Cœur de lycée et de parc» sur le plateau central, et le « parc habité public » à l’Ouest. Où les talus se transforment en traverses paysagères et pentes douces pour relier les plateaux entre eux et avec les espaces publics limitrophes. Dans la cour-parc, un escalier et un amphithéâtre de verdure ou encore la galerie abritant les espaces de vie des élèves et la restauration les habitent et les construisent. Ce nouveau paysage, avec les « îles arborées » qui le ponctuent, définit un seul et même grand parc aux différents usages, dans une emprise de parcelle optimisée et réduite, prêt à investir le reste du futur parc au nord.

 

Tout est réuni pour faire de ce lycée un outil pédagogique nouveau : ses relations avec son environnement, la qualité de vie et de plaisir que l’on pourra y ressentir, la spécificité de ses formations valorisée dans l’architecture même, où des espaces comme le 3C, le gymnase, la salle polyvalente, les services coiffure/esthétique sont connectés directement avec la ville et les habitants du quartier. L’éducation comme l’écologie au cœur de notre société, nous en avons compris l’enjeu… Alors voici un lycée entre ville et nature, un lycée pour partager des activités et diffuser les savoirs… Un lycée signe d’une « Région créative » et d’un nouvel être ensemble.

 

 

© images Asylum / C&H / MTa

© 2015 by MARCILLON THUILIER architectes